Le Bitcoin a été adopté massivement par des institutionnels en 2021. Quelles en sont les conséquences ?

Les institutionnels sont entrés sur le marché des cryptomonnaies actives et plus spécifiquement sur le marché du Bitcoin. Sujet passionnant, il renvoie au sujet généraliste des crypto-actifs sur le court, moyen et long terme. Cet article tend à analyser avec du recul ce sujet particulier.

Des institutionnels qui se placent sur le marché crypto a eu et va avoir pour effet une tendance haussière (court, moyen, long-terme) à l’échelle macro.

Cet article est une retranscription condensée d’une émission podcast et est dédié aux personnes qui souhaitent faire croître leur gain grâce à l’investissement :

1. Les institutions sur le marché du bitcoin

Les institutionnels représentent les gros et les personnes qui ont besoin que le marché soit mature et régulé. C’est la première fois de l’histoire que ce sont les particuliers qui se sont positionnés en premier.

2021 est le début des intégrations financières des institutionnels, des fonds, des entreprises, des investisseurs institutionnels, dans des volumes records de plusieurs milliards. Ce type d’investissement se fait sur des mois et des mois pour progressivement entrer sur ce marché. Ils se sont placés, eux, pour se prémunir contre l’incertitude économique. Fin 2020, on observe une performance à + 300%, qui a continué avec un mois de janvier record. Ces institutionnels ont découvert qu’ils peuvent influencer ce marché en accaparant l’approvisionnement disponible et le retirer de la circulation. Pour les néophytes, il faut savoir que le bitcoin est limité à 21 millions, qui n’ont pas encore été atteint. Leur stratégie est donc de s’accaparer progressivement cet approvisionnement disponible. La situation économique, sociale et économique ont poussé les investisseurs à rechercher des investissements rares et qui résistent à la censure. La stratégie du bitcoin est ainsi devenue la stratégie préférée des institutionnels. Le contexte macro, avec notamment le Covid, a poussé le bitcoin de façon effet papillon.

Les fonds institutionnels ont largement fait grimper le prix du bitcoin

Le premier a été MicroStrategy, entreprise éditeur de logiciel, qui avait levé 650 millions de dollars de dettes pour acheter 30 000 bitcoins. Ensuite, il y a eu le gestionnaire de fonds Grayscale qui eux détiennent 500 000 bitcoins, ce qui représente 2,7% de la capitalisation totale du bitcoin. Dès décembre, ils ont fait des entrées de capitaux records, et surtout ils continuent d’accumuler des quantités astronomiques de bitcoins. Et ajoutant encore 600 millions en janvier pour 16 000 bitcoins. Puis Tesla a investi 10% de sa trésorerie, soit 150 millions en bitcoin.

Les institutionnels sont en train d’accaparer le marché du bitcoin. Alors en quoi ça consiste ? Accaparer un marché, c’est simple : si une élite achète suffisamment l’offre d’un actif particulier, ils peuvent forcer le prix à la hausse puisque tous les autres acheteurs n’ont que le choix d’acheter.

4 façons d’accaparer un marché

Voyons à présent les quatre façons d’accaparer un marché :

  1. Une augmentation de l’offre en raison de la hausse des prix
  2. Une élite qui s’accapare le marché sans vendre
  3. Un système qui ne peut pas être changer rapidement
  4. Une marge de sécurité juste au cas où

En tant que premier actif monétaire, le bitcoin a déjà eu des cycles et des bulles spéculatives dans un environnement incertain. Mais cette fois-ci le bitcoin a beaucoup plus de clarté réglementaire et la technologie a évolué. Cela permet d’accueillir de nouveaux acheteurs milliardaires, et notamment des entreprises et des fonds qui vont avoir une influence importante du marché. C’est ce qui différencie une bulle spéculative et un accaparement de marché, cette dernière étant préférentiel car elle apporte de la maturité et moins de volatilité.

En finance, le market corner est une manipulation de marché qui consiste à acheter une très grosse quantité d’un actif. Et de l’autre côté, accaparer un marché consiste à acquérir suffisamment d’actions d’un type particulier pour pouvoir manipuler son prix. Microstrategy est un bon exemple de manipulation de marché, ils ont ainsi acquis 70 000 bitcoins en 5 mois. Soit 0,33% total du bitcoin qu’ils prétendent ne jamais vendre. En plus de la détention personnelle du cofondateur et dirigeant de l’entreprise Michael Sailor. Ce qui fait au total 90 000 bitcoins qui ont cessé de circuler. Pour référence, il y a seulement 6 exchange (plateformes d’échange) dans le monde qui détiennent plus de 90 000 BTC.

Il y a une réalité, c’est que les institutionnels disposent de suffisamment de liquidités pour accaparer le marché. Nous sommes actuellement au début du market cornering, depuis 5-6 mois. Ils veulent réduire l’offre disponible sur les échanges bitcoin, et il n’y a pas assez de bitcoin à vendre pour satisfaire leurs demandes croissantes. Microstrategy ont prouvé que le livre de lecture marché fonctionne. Il y a d’autres entreprises publiques et d’autres fonds qui leur emboîtent le pas. Il n’y a aucun acteur du marché qui ne peut faire grand-chose pour soulager la pression d’achat.

Qu’est-ce que le market corner ?

J’aurais pu intituler cet article : qu’est-ce que le market corner ? Comment l’appliquer et comment le voir quand on est un investisseur particulier ? Pourquoi certains échouent ? Et quels pourraient être l’impact pour le bitcoin ?

Pour comprendre tout cela, je me base sur deux exemples historiques. Le premier exemple concerne le vendredi noir de 1869 avec un essai de market cornering sur le prix de l’or. Pour financer la guerre civile, le gouvernement américain a accumulé un important déficit en émettant des billets verts non remboursables en l’or. La responsabilité du trésor américain de réduire la dette nationale et de restaurer une monnaie saine a alors été confié à Georges Boutwell. Il a donc décidé de vendre de l’or du trésor pour racheter des obligations de guerre. Cette opération a permis de réduire la dette nationale tout en maintenant le niveau de la masse monétaire. Ce qui est possible grâce au prix artificiellement bas de l’or. Et donc, James Fisc, Jay Gould et Abel Corby ont élaboré un plan pour accaparer le marché de l’or en utilisant la relation personnelle avec le beau-frère du président pour changer la politique de ventes de réserve d’or américaine. Boutwell a donc décidé d’arrêter de vendre les réserves d’or du trésor, et dès qu’il l’a fait, les trois associés ont commencé à acheter de l’or pour faire augmenter son prix. Le président, ayant compris le plan, a alors autorisé la vente de 4 millions de dollars en or gouvernemental. Cette manipulation avait pour but de faire baisser immédiatement le prix de l’or. Ce qui a ruiné le market cornering des trois compères, tout en entraînant l’économie américaine vers des périodes sombres.

Le second exemple, plus récent, concerne les frères Hunt et l’argent (silver) en 1980. En 1979, ils ont commencé à acheter de l’argent via des contrats à termes. Et ils ont construit leurs positions jusqu’à ce qu’ils aient un tiers de l’offre mondiale totale d’argent (en dehors des avoirs gouvernementaux). Ce qui a eu pour effet de faire monter en flèche le prix de l’argent, passant de 6$ à 49$. La marque de bijoux Tiffany avait tellement besoin d’argent à un prix moindre qu’elle a pris une annonce pleine page dans le New York Times et ont affiché les frères Hunt pour leurs malversations. Entretemps, les régulateurs de matière première ont modifié les règles pour empêcher de se positionner sur l’achat et la vente des contrats à termes sur l’argent. Et les prix ont drastiquement baissé de 50% en à peine quelques jours, entraînant au passage une panique générale. Des banques américaines ont dû intervenir et investir un milliard de lignes de crédits pour éviter le chaos. Voici un exemple de manipulation de marché sur le métal précieux de l’argent.

La leçon à retenir du market corner et son lien potentiel avec le bitcoin sont que les marchés précédents avaient subi les quatre façons de s’accaparer un marché, mais le changement de plan dans l’histoire de l’or et la régulation pour l’histoire de l’argent les ont plumés. Le bitcoin subit aujourd’hui une croissance de l’offre fixe, et il y a une poignée d’institutions qui dépensent des milliards pour acheter du bitcoin. Des incitations de protocoles résilients pour maintenir les règles du réseau bitcoin font que  les institutions achètent donc selon leurs moyens et sans beaucoup de leviers. Il y a également le gouvernement américain qui a 70 000 bitcoins, qui proviennent de diverses saisies d’actifs. Il pourrait donc les vendre aux enchères, mais les mettant dans une position délicate par rapport au marché des crypto-monnaies.

C’est exactement ce qui est en train de se passer sur le marché du bitcoin. Sur le plan personnel, tu peux profiter de cette manipulation de marché avec une vision long terme. Du point de vue investissement spéculatif, cela peut être intéressant.  

2. Les conditions macroéconomiques

Pour le meilleur ou pour le pire, Bitcoin a trouvé une solution produit/marché à Wall Street. En effet, 2020 a été la première année où les institutionnels ont réalisé qu’une allocation en bitcoin était une couverture crédible contre l’incertitude économique. Par conséquent, le bullrun actuel est davantage indépendant des conditions économiques mondiales que l’a été le bullrun de 2017. Ce n’est pas seulement par l’adoption du bitcoin mais cela commence à refléter l’instabilité de l’économie, de la peur, de la faiblesse du système financier fiduciaire.

Si il y a bien une chose que l’on a appris sur la politique fiduciaire Fiat durant l’année 2020, c’est que l’argent Fiat est vraiment inventé. La question que tu dois te poser et que les investisseurs doivent se poser maintenant est de savoir si l’économie sera capable de fonctionner sans un flux constant de paiement de relance, ainsi que de combien de temps sera nécessaire pour cette transition.

Au-delà de la faiblesse économique mondiale en 2020 et 2021, il y a d’autres événements qui ont émis des signaux inquiétants avec des tensions liées aux discriminations raciales, au verrouillage économique, aux processus électoraux. Cela a fait surgir des croyances et des comportements extrêmes chez les Américains. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que les GAFA prennent la responsabilité de l’Etat d’atténuer la violence en supprimant certains discours et propos. On ne sait pas quelles seront les conséquences à long terme de ces actions. Cela nous pousse à nous interroger sur le bitcoin : si la personne la plus puissante du monde peut être supprimer de toutes les principales plateformes en ligne en un jour, avec l’exemple de Trump, qu’est-ce que ta banque peut faire pour supprimer ou restreindre complètement tes accès, tes comptes, ton argent, tes économies d’une vie et ce de façon presque légale. Rappelons l’exemple actuel avec le Liban ou le Venezuela.

3. Les sociétés détenant du bitcoin

Elles ne font pas que détenir du bitcoin, nous allons voir ce qu’elles en font. Il faut s’attendre à une résistance des institutions financières. Certes, le bitcoin commence à attirer l’attention des institutionnels, mais un phénomène intéressant se produit: l’écrasante majorité des banques font des commentaires publiques sur le bitcoin. Elles ne censurent pas les transactions, et de matière inattendue, elles ont été une source de bonnes nouvelles pour le bitcoin. Une poignée d’entre eux ont fait une allocation de bitcoin, ou indique à leurs clients que c’est une classe d’actifs qui vaut la peine d’être posséder. Les banques et institutionnels qui ont acheté du bitcoin ne s’arrêtent pas à ça, ils utilisent leurs influences et leurs plateformes pour promouvoir le bitcoin.

Microstrategy n’a pas fait qu’ acheter 70 000 bitcoins, mais il a ajouté un onglet à sa page d’accueil dédiée au bitcoin. Le PDG est devenu une célébrité dans le monde des cryptos sur Tiwtter, avec des milliers de vues sur ses interviews. Les partenaires de Stone Ridge qui avaient investis ont également ajouté 11 pages dans la lettre aux actionnaires expliquant pourquoi ils ont investi sur le bitcoin et pourquoi il pourrait devenir beaucoup plus précieux qu’il ne l’est aujourd’hui.

Autre exemple, Skybridge, qui ont eux acheté 10 000 bitcoins, ont commencé à inviter des têtes d’affiche de l’écosystème bitcoin à leurs évènements. Ils ont ainsi profiter de l’occasion pour rappeler aux investisseurs l’intérêt d’un portefeuille bitcoin. Le PDG, Anthony Scaramucci, est ainsi devenu un fervent défenseur du bitcoin. A noter qu’il est suivi par des millions de personnes, à  la fois sur Twitter mais aussi de par ses nombreuses interventions dans des podcasts.

Les entreprises ne font pas que acheter du bitcoin, le bitcoin devient un épar de leur identité. Et ce processus a été très rapide. Entre 2017 et 2021, le discours sur le bitcoin a considérablement évolué avec l’apparition de pitch d’investisseurs, des rapports annuels, etc. Au-delà des institutionnels qui se placent pour profiter du market cornering, ils ont une philosophie avec de la création de contenu et du conseil pro-bitcoin.

En conclusion, les investisseurs institutionnels reconnaissent aujourd’hui la rareté du bitcoin, sa résistance à la censure et au numérique. La conception en tant qu’élément fondamental en fait une couverture utile contre l’incertitude du contexte actuel. Microstrategy a été l’un des premiers à réaliser un énorme achat en 2020, suivi par de nombreux institutionnels dont Tesla. Le marché a un peu de mal à suivre la demande, et la correction que l’on a eu est une excellente nouvelle. Il vaut mieux que cela mette des mois pour construire un support stable, plutôt que d’avoir quelque chose d’exponentiel qui peut être trop volatile. Les options, les contrats à terme et les plateformes de prêt bitcoin continuent de connaître une demande croissante. Les fonds bitcoin satisfont l’intérêt supplémentaire que les clients ont pour cet actif. Ils répondent tout simplement à cette demande. A mesure que le bitcoin prend en maturité en tant que classe d’actif, la hausse du prix devient corrélé avec une utilisation croissante mais aussi avec des anticipations du contexte macro-économique affaiblie (troubles sociaux, impression d’argent…). Dans une certaine mesure, les prix du bitcoin sont inversement liés à la stabilité et à la productivité de l’économie mondiale.

📧 Reçois mes mails quotidiens
📚 Mon livre bestseller IMMOBITCOIN
🎥 Les coulisses, au quotidien (GRATUIT) 
🏆 Toutes mes formations et programmes